Acte I, scène 7 : Dualité et proximité du bien et du mal, ou un jeu de masques

Dans Lords of Shadow, Gabriel part combattre les Seigneurs de l’Ombre dans le noble but de ramener la paix sur le monde mais également avec la ferme intention de mettre la main sur le masque de Dieu afin de ressusciter sa femme Marie. Dès le départ du jeu, on découvre ainsi les deux faces du héros : celle du Messie porteur d’espoir pour l’humanité et un côté sombre et torturé en proie au doute et à l’égoïsme. Et ce sont bien ces deux extrêmes qui permettront à Gabriel d’aller jusqu’au bout de sa quête, tiraillé entre devoir vertueux et dessein personnel ; le héros mène une lutte de tous les instants entre ses valeurs et ses démons intérieurs.

Depuis la mort de son épouse et le début de sa quête, il semble porter tous les péchés du monde sur ses épaules, ce qui lui donne une dimension Christique. Ceci dit, il apprendra que ce n’est qu’en acceptant son côté obscur (quand il accepte d’utiliser la magie de l’Ombre malgré les mises en garde de chevaliers sur des parchemins) et en faisant des sacrifices (comme celui de Claudia) qu’il pourra aller de l’avant et se sublimer pour aller au bout de sa quête.

Gabriel between masksEn outre, en gardant à l’esprit l’origine des Seigneurs de l’Ombre révélée par Cornell, on ne peut qu’entrevoir l’ironie du destin de Gabriel en obtenant leurs pouvoirs. Ainsi, sans s’en rendre compte, Gabriel passe d’un masque à un autre au fur et à mesure du jeu, du bien au mal dans le but de rassembler les morceaux du masque de Dieu censé pouvoir purifier le monde et ramener les morts à la vie. Mais cet artefact n’a en réalité que le pouvoir de laisser son porteur voir à travers les yeux de Dieu, et se révèle bien inutile pour Gabriel au bout du compte, lui qui sera arrivé au terme de sa quête uniquement par la force de sa détermination.

Le masque de Dieu n’est donc rien d’autre que le moyen de voir de ce qui se passe réellement, sans faux-semblants, et c’est arrivé à ce terme, une fois tous les masques tombés, que Gabriel en prend conscience et ne se cache plus pour atteindre une nouvelle étape de son existence : Marie est perdue à jamais, et il devra l’accepter pour continuer à vivre.

Par ailleurs, l’autre masque du jeu est celui qu’utilise le Nécromancien : le masque du Diable ou de la Mort, pendant négatif de celui de Dieu, qui dissimule la véritable nature de son possesseur. Et comme le yin ne peut pas exister sans le yang, on ne sera guère surpris que celui qui possède le masque de Dieu soit indubitablement lié – pour le meilleur et pour le pire – à celui qui détient l’autre…

***

Addendum : Reverie et Resurrection, des DLC qui valent le coût ?